Un groupement qui a la patate!

Nicolas MichaudProducteur de légumes, et en particulier de pommes de terre, Nicolas Michaud a créé avec cinq autres agriculteurs un groupement baptisé Plaine et Saône pour commercialiser ses produit en GMS (grandes et moyennes surfaces).

Quel est l’objectif de votre groupement de producteurs ?

Avec cinq autres exploitants de pommes de terre de la région dijonnaise, nous nous sommes rassemblés au sein d’un Groupement d’intérêt économique (GIE), baptisé Plaine et Saône. Nous avons en effet souhaité, en 2009, vendre en direct notre production de pommes de terre, notamment aux grandes et moyennes surfaces de la périphérie de Dijon. Avec l’aide de la chambre d’agriculture de la Côte-d’Or, nous sommes aujourd’hui référencés dans six magasins, cinq à Dijon et un à Beaune. Nous y vendons entre 250 et 300 tonnes de pommes de terre brossées non lavées sous la marque Panier de Bourgogne. Nous avons eu la chance d’arriver au bon moment : les produits locaux et bio ont le vent en poupe auprès des consommateurs et les responsables de GMS recherchent ce type de produits.

Qu’est-ce que ce groupement vous apporte ?

Il nous a permis de nous structurer pour assurer l’approvisionnement hebdomadaire des points de vente. Nous avons aménagé un bâtiment de stockage traditionnel à taille humaine et investi dans l’achat de machines. Chacun a dû s’organiser pour pouvoir, une fois par semaine, conditionner nos produits. Une étape qui mobilise six à huit personnes durant une journée.

Qu’attendez-vous de la plateforme Loc’Halles Bourgogne ?

Ce nouvel outil régional ne peut être que bénéfique pour tout le monde. Il répond aux attentes des consommateurs de plus en plus attentifs à la provenance et à la qualité des produits. Loc’Halles Bourgogne facilitera la consommation de viandes, fruits et légumes issus des exploitations de la région. C’est aussi le moyen de valoriser le travail des agriculteurs locaux. Généralement, les agriculteurs produisent et les clients consomment sans jamais se connaître. Là, les consommateurs vont savoir vers qui se tourner pour trouver leur pièce de viande élevée traditionnellement ou leurs légumes bio.